Les sources de travail

 

Les sources d’inspiration :

Voici les sources qui ont servi de base de travail. C’est important de préciser que ce n’est qu’une interprétation de cette forme de touret assez fréquente au 13e siècle.

 

 

 

 

 

Observations :

Si on observe ces trois sources on remarque :

-         Le touret est plutôt haut, on ne voit pas le sommet de la tête comme c’est le cas vers la fin du siècle,

-         Les bords du touret restent parallèles, ils ne se resserrent pas  vers le haut de la tête,

-         Les plis sont parallèles aussi,

-       Sur les deux premières sources les plis ne descendent pas jusqu’au bord inférieur du touret : c'est-à-dire que le trait  représentant les plis s’arrête avant le bord inférieur.

 

Partant de ces observations, j’ai supposé que la forme de départ du touret n’est pas un rectangle sinon, à cause de sa hauteur, les bords auraient tendance à se rapprocher en haut.

Si la forme de départ n’est pas un rectangle, j’ai supposé que cela pouvait (?) être un arc de cercle. Cela permettrait, une fois les plis cousus, de voir les bords se rapprocher et rester parallèles. Vous aurez une meilleure idée de mon interprétation dans les parties qui vont suivre.  

 

 

 

Le matériel de travail

 

Pour la réalisation de mon touret, j’ai utilisé de la toile de lin épaisse. C’est un tissu qui a une très bonne tenue et se lave facilement. Il suffit, pour cela, de le laisser tremper dans une eau tiède dans laquelle vous diluez un peu de savon de Marseille, vous pouvez y rajouter un peu de bicarbonate de soude.

Toutes les coutures sont réalisées à la main.

 

Fig. 1: le nécessaire pour travailler

 

 

Fig. : un grand compas

 

La réalisation

 

Pour les besoins du tutoriel, j’ai utilisé du coton orange afin que vous puissiez bien voir les couture, plis etc…

 

J’ai fait le choix de partir de deux arcs de cercles concentriques. L’objectif étant d’obtenir une forme suffisamment évasée sur la partie supérieure pour ne pas avoir un « tube ».

Pourquoi j’ai voulu éviter le « tube » ?  Pour la simple raison que les tourets hauts, en tube, ont tendance à se resserrer sur la partie du haut.

 

ATTENTION :

Il est important de faire un demi-cercle afin d’avoir suffisamment de matière pour faire le tour de votre tête après avoir fait les plis.  

 

 

Les plis du touret

 

Pour faire les plis, c’est une méthode parmi d’autres que je vous propose ici. Pour en arriver à ce résultat, j’avoue avoir mis quelques prototypes à la poubelle.

Une des pièces du 13e siècle (1210) qui pourrait compléter les sources proposées dans la première partie est le fragment conservé au Musée du Moyen Age de Cluny. Fig. 1.

Le touret que porte la femme a des plis. Comment ont-ils été obtenus ? C’est là-dessus que porte mon expérimentation.

Comme pour les sources iconographiques, le bord inférieur du touret ne comporte pas de bordure –c'est-à-dire une pièce séparée du reste du touret- et, s’il y a couture pour former les plis, cette dernière ne descend pas jusqu’au bord inférieur.

Un grand merci à Laëtitia de l'association Fief Et Chevalerie qui m’a rappelée que l’avis d’une personne sur une source n’est jamais suffisant et qu’il est indispensable de vérifier par soi-même.

 

Fig 1. Crédit photo : Franck Raux

Lien vers l’image : http://www.sculpturesmedievales-cluny.fr/notices/notice.php?id=46

 

 

 

Le résultat

 

 

Voici le résultat final.

N’hésitez pas à me faire part de vos remarques, questions et pour plus d’échanges rejoignez-nous sur le tout nouveau forum dédié à la couture historique http://usetcostumes.fr/index.php/forum/index !

 

 

Crédit photo : Bruno Haniquet, défilé de mode 13e Cité d’Antan.

 

 

 

 

 

 

 

Enregistrer