Présentation de la crépine, ou filet à cheveux

Présentation de la crépine, ou filet à cheveux

Les sources

Rédaction et réalisations :  Aurore STRANGE et Sihame CORNETET.

Annotation des sources : Julie LAURENGE

 

L'emploi d'un filet pour maintenir les cheveux en place est récurrent au cours des siècles. Faisant d'une pierre deux coups, l'accessoire est également, bien souvent, décoratif.

Pour plus de commodité, nous avons fait le choix, dans cet article, d'utiliser le terme filet. Il est toujours difficile de retrouver les noms exacts donnés à l'époque aux différentes pièces du costume. Pour le filet à cheveux ou résille, on peut toutefois retenir le terme de crespine.

 

Titre XXXVII, Le Livre des métiers, Étienne Boileau, vers 1268 :

 

"Quiconques veut estre crespigniers de fil et de soie a Paris, c'est a savoir ouvrieres de coiffes a dames, et toies a orilliers, et de paveillons que on met par desus les auteus, que on fait a l'aguille et a mestier [...]"

 

Reprise du mot dans un autre contexte, culinaire cette fois-ci puisqu'il s'agit d'une crépine de porc (qui ressemble effectivement à un filet). Ménagier de Paris, vers 1392-1394 :

"J'ay veu rosty lievre enveloppé en la toille de la fressure d'un porc

que l'en dit la crespine, et couste [...]"

 

La crépine ou filet à cheveux existe depuis des temps lointains; on en voit de belles représentations sur les peintures murales de l'antiquité romaine notamment. Des pièces archéologiques plus récentes sont des témoignages d'une mode qui va perdurer comme nous pouvons le voir ci-dessous :

 

Crédit photo Kalima : filet période viking, musée de Dublin

 

 

Il est important de noter que d'autres filets réalisés avec la technique du sprang ont été portés depuis l'antiquité égyptienne, il y a plus de 3000 ans. Mais ça n'est pas l'objet de notre article. Qu'en est-il du XIIIe siècle ?

 

Au XIIIe siècle, le filet semble avoir fait partie des éléments de coiffure répandus et il apparaît sur bon nombre de sources historiques (enluminures, statues, etc.). On le voit très souvent associé au touret et à la barbette mais il semble aussi avoir pu être porté seul. Vers la fin du siècle et au début du suivant, on le voit également porté avec un simple cerclet (chapel) associé ou non à un voile (couvrechief).

 

Les filets qu'on peut observer sur les sources appartiennent pour beaucoup à des femmes issues de milieux aisés, mais il existe cependant des représentations sur lesquelles on en voit portés par des femmes de statuts plus bas (paysanne, servante, nourrice etc.). Ce qui amène à s'interroger sur les matériaux employés...

 

Les pièces archéologiques qui sont aujourd'hui dans les musées (4 filets ont été retrouvés à Londres, d'autres se trouvent en Belgique ou en Allemagne) sont en soie colorée (fil retors simple). Ces filets comportent parfois des broderies (en soie également, en lin ainsi qu'en fils d'or ou d'argent) et se resserraient autour de la tête au moyen d'une tresse en fingerloop ou d'un très fin galon tissé aux cartes fixé sur la dernière rangée de mailles. Ce lien étant lui aussi en soie.

Quid des filets portés par les femmes peu fortunées ? On peut penser que c'est le lin qui était alors le matériau utilisé. La laine - moins fine, moins lisse - paraît peu probable.

Nous vous présentons ci-dessous des pièces datant du 13e siècle. Elles sont d'une finesse impressionnante et relèvent de l’accessoire de luxe vu la richesse des broderies. Ces filets devaient, très certainement, être destinés à des femmes fortunées.

 

 

 

 

Fig. 1

 

Fig. 2

 

Fig. 3

 

 

 

Tuto en images

 

Tutoriel 1 :

 

Nous vous proposons un premier tutoriel en images qui vous permettra de voir une première façon de réaliser les nœuds du filet.

 

Le fil et le gabarit utilisés pour réaliser le tutoriel ci-dessous sont volontairement bien plus épais qu'ils ne devraient l'être, ceci afin que les photos soient plus lisibles.

 

 

 

Tuto en vidéo

 

Tutoriel 2 :

 

Dans cette partie, nous vous invitons à suivre une deuxième façon de faire les noeuds du filet à cheveux.

 

Vidéo 01 : le matériel

 

Vidéo 02 : les mailles du centre

 

Vidéo 03 : les mailles du filet

 

Vidéo 04 : le changement de gabarit

 

Vidéo 05 : le rajout de mailles

 

 

La réalisation

La réalisation

 

Pour réaliser un filet, deux ustensiles sont indispensables : une navette et un gabarit (ou moule). Les navettes sont de longues tiges fines avec un œillet (ouvert) à chaque extrémité. Elles doivent être suffisamment minces pour pouvoir passer dans les mailles du filet. Les navettes retrouvées à Londres sont datées XIV-XVe siècle, elles sont en alliage de cuivre et font entre 10 et 15 cm de long.

 

 

Pour le gabarit, tout dépend de la taille de maille qui est visée. La hauteur d'une maille correspond à environ 2 fois le diamètre (ou la largeur) du gabarit. La tendance au XIIIe siècle est aux mailles de très petite taille. Il est préférable de prendre un gabarit sans arêtes car les fils seront amenés à frotter dessus. Un gabarit rond (type aiguille à tricoter) fait très bien l'affaire.

 

Le filet se construit en partant du centre et en allant vers l'extérieur, la progression se fait en spirale même si chaque rang est bouclé avant de passer au suivant.

Sur les sources archéologiques, on peut observer que le premier rang du filet est toujours composé de boucles beaucoup plus grandes que celles des rangs suivants. Sur certaines pièces d'époque, le fil employé pour les 12-15 premiers rangs est plus fin que celui des autres rangs.

 

1) Filet bicolore :

La source d'inspiration est une pièce archéologique datant du début du XIVe siècle Filet bicolore.

 

Voici le matériel (Fig. 1) dont nous avons besoin pour réaliser un filet bicolore :

  • navette (que vous pouvez acheter ou réaliser vous-même)

  • gabarit : 1 fin pour les petites mailles (pic à brochette en bois poncé), 1 large pour les grandes mailles (carte d'un jeu de carte découpée)

  • fils de soie très fins (retors simple) rose et bleu nuit (fil de soie acheté chez
    Micky)

 

Fig. 1 : matériel

 

Comme nous avons pu le voir, dans les deux tutoriels proposés, afin de reproduire un filet assez proche des sources archéologiques, il faut démarrer par une cinquantaine de grandes mailles, au centre comme nous pouvons le voir sur la Fig. 2.

 

Fig. 2 : mailles du centre

 

Une fois cette étape terminée, on change de gabarit et on fait plusieurs rangs de petites mailles.

 

Fig. 3 : les petites mailles

 

Il faut, à présent, changer de fil et de gabarit. Reproduire l'opération jusqu’à obtenir le diamètre souhaité.

Fig. 4 : le changement de couleur

 

Si vous réalisez un filet pour la fin du 13e siècle, voire début du 14e, il est indispensable de dépasser les 35cm de diamètre (Fig. 5).

 

Fig. 5 : le filet terminé selon cette source Filet bicolore

 

A titre d'information, la réalisation de ce filet Fig. 5 a nécessité plus de 30 heures de travail.

Voici un aperçu du filet porté. Le centre du filet a été brodé pour éviter d'avoir un trou.

 

Fig. 6

 

 

2) Filets unis :

La technique, pour la réalisation du filet de la Fig. 7, est la même que pour le filet précédent sauf que nous travaillons avec un seul gabarit et un seul fil de soie couleur or.

 

Fig. 7 : le filet uni terminé

 

 

Comme nous avons pu le voir dans la partie "Les sources", le descriptif des sources archéologiques parle d'un nombre assez important de mailles au cm², entre 50 et 60 mailles pour certaines pièces. Nous avouons avoir du mal à comprendre comment, un filet de 20 à 30cm de diamètre peut présenter autant de mailles au cm². Probablement, la gabarit utilisé était très fin. Néanmoins, nous continuons à faire des recherches à ce sujet.

Nous avons mesuré le nombre de mailles des deux filets présentés ci-dessus et voici le résultat :

Fig. 8 : mailles au cm²

 

Une fois le filet terminé, il faut faire une attache. Pour rester fidèle au sources archéologiques, les attaches sont réalisées selon deux techniques différentes que nous vous présentons ci-dessous.

 

3) Les attaches :

 

La fixation du filet se fait à l'aide d'une attache qui parcourt le tour du cercle, sur laquelle sont fixées les mailles du dernier rang. Cette pièce de fixation est généralement faite en soie, tout comme le filet, mais pas forcément de la même couleur cf. source sur la Fig. 9.

L'attache réalisée est donc en soie et tressée aux doigts. Les mailles sont cousues sur le cordon, comme sur la source.

 

Fig. 9 : attache au fingerloop

 

Pour le filet de la Fig. 8, l'attache est une bande tissée sur laquelle a été repris, à l'identique, le motif de la source d'origine. Comme pour le filet précédent, la bande tissée fait le tour du filet et les mailles sont cousues dessus.

 

Fig. 10 : attache tissée aux cartes

 

 

Se coiffer

 

 

Porter le filet

 

Dans cette dernière partie, nous vous proposons de voir comment porter le filet. Les possibilités sont multiples et il ne faut pas se priver pour être belle ! Avec touret, voile, seul ou avec cerclet, le filet reste un accessoire indispensable dans la garde-robe d'une dame du XIIIe siècle...

 

 

 

Ce dont vous avez besoin :

 

-1- épingles réalisées par Agenor

-2- galon broché réalisé par Micky

 

 

Associé au touret et à la barbette

 

 

 

 

 

 

 

 

Associé au touret, à la barbette et au voile

 

 

Le filet porté seul

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Aurore STRANGE et Sihame CORNETET

 

Enregistrer

Enregistrer