Print

Statut des cordouanniers dans le Livre des Métiers d’Etienne Boileau (1268).

I. Quiconques veut estre cordouannier [1], il convient qu’il achate le mestier du Roy ; et le vent de par le Roy mon seigneur le chambellean, a qui le Roy a donné le mestier, tant comme il li plera : c’est a savoir, a chascune persone qui achater veut le mestier, XVI solz parisis, des quieux XVI solz mi sires Pierre le Chambellan a X solz, et li quens d’Eu les VI solz.

II. Si tost comme li Cordouannier ont achaté le mestier et poié les XVI solz, i convient qu’i jurent seur Sainz par devant mon seigneur le Chambellan ou par devant son commandement, present les preud ’onmes du mestier, que il le mestier desus dit feront bien et loiaument aus us et aus coustumes du mestier, qui tieus sont :

III. Nus ne puet ouvrer au samedi puis que le darrenier cop de vepres sera sonnez en la parroise ou il demeure.

IV. Nus ne puet ne ne doit fere soulers de bazanne dedenz la banliue de Paris de plus d’un espan de pié ne de plus d’un espan de haut

V. Nus ne puet ne ne doitmestre bazanne avec cordouan en nule œuvre qu’il face, se se n’est en contrefort tant seulement ; et qui autrement le feroit, l’euvre devroit estre arse [2].

VI. Nus ne puet ouvrer de cordouan qui soit tannez car l’euvre seroit fause et doit estre arse.

VII. Nus ne puet  ne ne doit ouvrer puis que chandeles seront alumées, ce se n’est en l’euvre le roy et la Reine ou pour leur gent, pour leurs meesmes ou pour leur meniée.

VIII. Quiconques est Cordouanniers à Paris, il puet avoir tant de vallez et d’aprentiz comme il veut,  a tel terme et a tel soume d’argent comme il en puet avoir.

IX. Il ne puet ne ne doit mestre viez euvre en fournement avec nueve.

X. Nus ne puet fere le mestier desus dit come mestres deci adonc qu’i soit veuz et esgardez par les mestres qui le mestier gardent de par le Roy.

XI. Quiconques est, mestres, valez ou aprentiz, il ne puet ne ne doivent vendre viez euvre avec nueve, ne vendre l’euvre qu’i font en leur mestier, fors que en leur otieus ou sur le pont de Paris, la veille de Pasques et de Pentecouste, ou a samedi a leur estaus u marchié le roy tant seulement.

XII. Quiconques mesprandra en aucuns des articles desus diz, il sera a V solz parisis d’amende au roy toutes les foiz qu’il en sera repris ; es quieux Vsolz d’amende li preud’ ‘onmes qui le mestier desus dit gardent de par le Roy ont II sloz pour les povres de leur mestier soutenir.

XIII. Touz li cordouannier doivent au rouy touz les ans XXXII solz parisis pour unes hueses [3] ; les quieux XXXII solz ils doivent poier au roy ou a son conmandement touz les anz, en la semaine penneuse de Pâques.

XIV. Quiconques fet le mestier de cordouannier de soulers et de hueses, il doit chascun an XII dennier au Roy, a poier en la semaine devant dite.

XV. Li Cordouannier ne doivent riens de chose qu’i vendent nen achatent apartenanz en leur mestier dedenz la ville, car les hueses le roy et les XII denniers les aquitent de toutes coustumes, fors tant seulement a la foire Saint Ladre et a la foirie Saint Germain des prez qu’i poient chascuns, de chscune douzaine de cordouan qu’i vendent nen achatent, II deniers seulement.

XVI. Li selier et li çavetonnier puent achater le mestier des Cordouannier, se il leur plest, au pris desus dit ; li quex doivent chascun an III deniers pour les hueses le Roy, si tost comme il auront achaté le mestier ;les que XIII deniers le mestre qui gardent le mestier des cordouanniers doivent avoir et recueillir touz les anz en la semaine penneuse de Pâques, en alegement des XXXII solz desus diz que il doivent touz les anz au Roy pour ses hueses.

XVII. Li se sont asenti que monseigneur le Chambellan meste et ote a son plesir III preudesoumes du mestier desus dit, pour garder le mestier du Roy ; li quieux jureront sur Sainz que ens le mestiers desus dit garderont bien et loiaument, et que il feront savoir toutes les mesprantures qui fetes i seront au prevost de paris ou a son conmandement, au plus tost que il pourront par reson.

XVIII. Li III preud ‘ oume qui le mestier garde de par le roy sont quite du gueit pour la peine et pour le travail que il ont de garder de par le Roy.

XIX. Li houme du mestier desus dit qui ont passé LX anz d’’aage sont quite du guiet, et cil a qui leur fames gisent d’anfant ; mès il sont tenuz a fere le savoir, tant comme elle gisent, a celui qui garde le guiet de par le Roy.

XX. Li preud ‘ oume du mestier desus dit ont usé au tans la Reine Blanche, qui diex face merci, que quant il estoient semons et il n’i venoient, il estoient quite de l’amende du Roy pour XII deniers. Et se il avoient varlet qui guieter pouist, il l’envoiaient au guiet pour eus, et il i estoit receu ; u quel usage li mestres du mestier desus dit vous prient et requiernt que vous les tenoiz, se voz plesir est.

XXI. Li preud ‘oume du mestier desus dit doivent le guiet et la taille et les autes redevances qui li bourgois doivent au Roy.


  1. Cordouannier vient de la façon de préparer le cuir : à la mode de Cordou. Le Métier s’achète du Roi pour 16 sous, dont 10 reviennent au Chambellan du roi, qui tient le métier en fief, et 6 au chambrier du Roi, le comte d’Eu.
  2. arse : brûlée
  3. heuse : guêtre, bottine ou culotte de peau