Statut des merciers dans le Livre des Métiers d’Etienne Boileau (1268).

I. Quiconques veut estre Mercier, estre le puet, pour que il ait de quoi et il sache le mestier, et se contiengne aus us et aus coustumes du mestier, qui tel sunt :

II. Li mercier puent avoir II aprentis ou aprentices, ou II ouvrieres, a tel terme comme il voudront et a tant d’argent comme il porront.

III. Nus ne nule de leur mestier ne puet ourdir en ourture de tissus, de chapiaus, ne en treçons ne en aumsnieres, ne en autre euvre quelle que elle soit, fil ne flourin [1] aveques cuer de soie, pour ce que telle euvre n’est ne boine ne souffisant ; si doit estre depeciée et copée.

IV. Nus ne nulle du dit mestier de puet ne ne doit fere tixus eslevez ne trebuchiés, qu’il ne soient de boine soie ou de boins chiés sanz fil ne sanz flourin ; car telle manière d’euvre n’est ne boine ne souffisant, et doit estre despeciée et copée.

V. Nus ne nulle dudit mestier ne puet titre chapiaus a finnes pelles [2], fors de soie ou de flourin, sanz fil ne sanz coton, pour ce que telle euvre de finnes pelles doit estre boine et souffisant. Et qui la feroit nen i metroit autre chose que soie et flourin, l’euvre deveroit estre despeciée et copée.

VI. Nus ne nulle dudit mestier ne puet faire chapiaus ne ataches ne treçons [3] sus parchemin ne sus toile ; ue ne puet metre aveqes finnes pelles fausses pelles blanches ne dorées, s’elles ne sont d’argent : car telles euvre sont fausses, et doivent estre copées et depeciées.

VII. Nus ne nulle ne puet metre en tixus, en chapiaus, en treçons ne en ataches, qui soient de finnes pelles, nulle euvre se elle n’est d’or ou d’argent ; car telle euvre seroit fausse, et devroit estre despeciée et copée.

VIII. De rechief, l’en ne puet metre en cerche [4] de texus, de chapiaus ne d’ataches, qu’il ne soit tixus de florin ou de chiés de soie, sanz fil ne sanz coton, pour ce que telle euvre seroit fausse et deveroit estre copée.

IX. Nus ne nulle ne puet border d’or de luque texus ne chapiaus ne ataches ne treçons a boine pelles, fors de boin or ou de fine soie.

X. Nus ne nulle ne puet faire faire ne acheter aumosnieres sarrasinoises ou il ait mellé fil ne coton avques soie, pour ce que l’en ne doit pas metre fil ne coton aveques soie : pour ce que c’est decevance a ceus qui ni s’i connoissent.

XI. Nus ne nulle ne face ne ne vende texu d’argent ferré de chief en chief, de ou de plus, si n’i a plus d’argenr que de soie : pour ce quel il avoit aucune foiz II tanz de soie que d’argent, si que les gens qui ni s’i connossoient estoient deceuz.

XII. Nus ne nulle, pour vendre ne pour marchander a son eus, ne puet metre nus viez tixus ne nules cerches viez ne chapiaus viez que l’en les puisse couvrir de soie, ne metre pelles ne argent desus : pour ce que l’en ne doit pas ajouster viez chose aveques nueve.

XIII. Nus ne nulle du mestier ne de la mercerie ne puet faire faire ne acheter euvre cruese d’argent ne euvre d’argent cloée de fer, pour ce que c’est fausse euvre et decevant, et doit estre despeciée et copée.

XIV. Quiconques mesprendere en aucun des articles desus diz, l’euvre sera depeciée et copée, et poiera XII solz parisis d’amende, c’est a savoir VIII solz au Roi et IIII solz pour la paine des IIII proud ‘ommes qui garderont le mestier desus dit. Li quel IIII proud ‘ommes seront esleu du commun du mestier et amené devant vous pour jurer sur Sains que il bien et loiaument garderont ledit mestier, et raporteront au prevost ou a son commandement toutes les forfaitures et mesprentures qu’i trouveront faites ou mestier desus dit.

Nota-bene : La caractéristique des aumônières sarrasines est d’être brodée sur l'avers (parti visible lorsqu’elle est portée) d’une scène courtoise, et sur son revers d’une scène érotique, dans le même décor qu’au recto.Les aumônières sarrasines avaient beaucoup de succès au XIIIème siècle.


  1. flourin : soie qui entoure le cocon et qui donne un fil de basse qualité ; dans la fabrication des tissus, il est interdit de mêler du flourin avec de la soie
  2. pelle : perle
  3. treçon : tresses
  4. cerche : garniture du bord d’un chapeau, d’un écrin ou d’une gaine